Comment sortir de la dépendance affective ?

dépendance affective

La dépendance affective se comprend mieux en réfutant un adage célèbre qui se dit à tout le monde. Ainsi, il vaut mieux être en mauvaise compagnie que d’être seul. S’il y a dépendance, il n’y a plus de liberté, qui devient inévitablement la base de relations malsaines avec les autres, qu’il s’agisse du conjoint, des amis ou de la famille. La volonté de maintenir une connexion est basée sur la peur et l’incertitude, entraînant un stress chronique très énergivore et contraire au sentiment amoureux. Apprenez à comprendre comment les personnes émotionnellement dépendantes forment de nouvelles relations plus saines et échappent à la manipulation.

Qu’est-ce qu’une personne émotionnellement dépendante ?

Quand on parle de dépendance affective d’un individu, c’est parce que son amour et son estime de soi dépendent de facteurs extérieurs. Par conséquent, il cherche à satisfaire les besoins des autres par le statut social, le travail, les biens matériels, etc. Cette poursuite extérieure de la satisfaction des besoins intérieurs n’est jamais satisfaite et n’est pas sans conséquence.

La personne émotionnellement dépendante a du mal à estimer sa juste valeur. La subordination à l’autre se développe comme le signe d’une demande excessive d’attention et d’affection qui peut nuire aux relations sociales. Le dépendant émotionnellement sera toujours déçu de l’amour qu’il reçoit, car ce dernier ne comblera jamais vraiment la douleur et le vide qu’il ressent.

La dépendance affective est caractérisée par des cycles intenses de douleur et de plaisir. Le sujet s’accroche à de rares moments de joie pendant lesquels il espère que la relation sera heureuse et répondra à ses besoins… jusqu’à la prochaine crise. En conséquence, il ressent un besoin d’amour et d’évaluation constant ; une insatisfaction perpétuelle ; des attentes irréalistes de ceux qui l’entourent ; une difficulté à accepter les critiques négatives et à communiquer ses sentiments de manière appropriée.

D’où vient la dépendance émotionnelle ?

La plupart des dépendants affectifs découvrent la source de leurs problèmes dans l’enfance. Ce sont généralement des enfants qui reçoivent peu d’attention et d’amour et/ou prennent des responsabilités prématurément (« laisse maman tranquille, tu vois qu’elle est fatiguée », « ne fais pas de bruit, ton frère dort », etc.). Ces personnes ont donc l’habitude de faire passer les autres avant elles et ont peur de se mettre au centre de leur attention.

Elles croient qu’elles ne sont aimées que lorsqu’elles sont prudentes et vivent principalement à travers les yeux des autres. Enfin, les personnes émotionnellement dépendantes expriment souvent une véritable anxiété de désaccord, et elles ont du mal à refuser le service et à éviter autant que possible les conflits. Pourtant, leurs actions sont souvent à l’origine de la situation, car contre leur gré, elles ont constamment besoin d’amour et d’approbation. Enfin, elles ignorent leurs besoins et ne parviennent pas à exprimer leurs désirs ou leurs angoisses.

Conséquences de la dépendance affective pour les couples

Dans ce couple, cela se traduit par une grande attention portée à la pérennité de l’histoire. Les personnes émotionnellement dépendantes remettent constamment en question les sentiments de leur partenaire. « Le dépendant affectif sort pour trouver la moindre preuve d’amour et se rassure », expliquent les experts. Ce besoin de réconfort vient du fait que la personne émotionnellement dépendante sent qu’elle ne peut pas être aimée. De plus, la dépendance affective peut également affecter le reste de la vie d’un partenaire. « Le dépendant émotionnel aura du mal à accepter que son partenaire ait une autre vie, qu’elle soit amicale, professionnelle ou active autour de lui ». Cette indépendance fait obstacle au besoin d’intimité. De cause à effet, le dépendant affectif peut ainsi manifester de la jalousie : lorsqu’il doute de lui-même, quiconque s’immisce dans sa relation le place dans une situation d’insécurité.

Comment sortir ?

Il faut apprivoiser la solitude et apprendre à être pour soi. Reconnaissez que vous êtes précieux et en quelque sorte  digne de vivre en devenant déjà bons envers vous-même. C’est aussi une question d’apprendre à s’aimer et éventuellement de se découvrir, car bien souvent, toutes les actions de la vie consistent à obtenir l’approbation et l’amour de l’autre personne. C’est aussi apprendre à se respecter, dire « oui » dans cette situation, et surtout, apprendre à dire « non », parce que se respecter, c’est aussi ne pas tout accepter. Soyez conscient de vos propres besoins et éloignez-vous progressivement des besoins des autres.

La route a été dure et longue, mais quel soulagement quand la lumière revient. Quand on a l’impression de vivre pour soi. C’est donc la possibilité de s’aimer et de s’aimer vraiment.

Il est parfois utile de se faire aider sur ce chemin afin de comprendre toutes les conditions liées à l’enfance, de connaître son histoire, ses propres réactions, mais aussi de faire tomber le masque pour découvrir sa vraie personnalité jusqu’alors incapable de s’exprimer, et alors pouvoir graduellement reprendre le contrôle de sa vie.

Reconnaître que vous êtes émotionnellement dépendant est déjà la première étape pour vous en débarrasser et devenir enfin libre. L’aide de la thérapie comportementale peut être un soutien efficace.

La médiation professionnelle et le bien-être en entreprise
Zoom sur la tendance voyage bien-être