Les 6 saveurs en Ayurvéda

S’il y a bien un concept primordial en diététique indienne, c’est bien celui des 6 goûts ou saveurs qui s’appellent rasas en sanskrit. Une idée qui peut nous paraître parfois abstraite, tant l’industrie alimentaire nous a habitué à des goûts chimiques, peu subtiles ou raffinés.

 

Contrairement à l’Occident qui s’appuie sur une classification des aliments en termes de vitamines, glucides, calories et autres constituants chimiques, l’Âyurveda réfléchit l’alimentation du point de vue de ses goûts (doux, acide, salé, piquant, amer ou astringent), de sa qualité (chauffante ou rafraîchissante), ainsi que ses effets post digestif. Car au-delà de leurs qualités nutritives, les aliments, ou plus précisément, leurs saveurs, impactent significativement notre constitution mentale et physique.

Selon l’Âyurveda, tout déséquilibre commence au niveau du système digestif. C’est pourquoi en entretenant de mauvaises habitudes alimentaires, nous provoquons la création de toxines, qui à terme, entraînera une défaillance du mécanisme digestif.

Déséquilibre encore aggravé lorsque s’y ajoutent mauvaise digestion mentale, stress émotionnel ou mauvaise adaptation aux horaires, à la saison, au climat. Connaître les aliments qui conviennent à notre constitution est donc indispensable pour retrouver ou conserver notre équilibre. De la même manière, connaître les gunas (ou qualités) qui les composent, c’est mieux comprendre comment chaque rasa (goût) influence notre constitution. Mais avant d’aller plus loin, revenons à nos fondamentaux : les trois doshas (humeurs).

Les qualités des doshas

Au regard de ces éléments, il est plus aisé de comprendre l’action de chaque saveur sur notre organisme.

Les qualités des rasas

Un autre principe important en Âyurveda, est celui des similaires et des contraires. Autrement dit, lorsque vous souhaitez traiter l’obésité par exemple, vous allez appliquer du chaud, ou des saveurs chaudes et asséchantes, le gras étant froid et humide. A l’inverse, lorsque vous souffrez de bouffées de chaleur, vous privilégierez le ghee (beurre clarifié), la coriandre, soit des saveurs rafraîchissantes.

Les circonstances extérieures, les saisons, sont également prises en considération. C’est pourquoi nous sommes naturellement attirés vers les fruits et salades en été, et les soupes en hiver !

La santé dans chaque aliment

L’Âyurveda considère la nourriture comme la meilleure thérapie pour prévenir les maladies et garder une bonne santé. Encore faut-il que les aliments, leurs saveurs, leurs qualités, s’accordent à la constitution de chaque individu (Prakriti), et selon son propre dosha dominant, Vata, Pitta ou Kapha. En effet, l’Âyurveda décrit toute substance selon sa saveur, son tempérament chaud ou froid, ses effets sur la digestion. Contrairement à ce qui est véhiculé en Occident en matière de diététique, le goût est particulièrement important, pour ses effets spécifiques sur chaque dosha.

Selon l’Âyurveda tous les 6 goûts doivent être toujours présents dans l’assiette pour une alimentation saine et équilibrée. La diététique ayurvédique enseigne à utiliser d’une façon correcte et naturelle les aliments et les épices. Leurs substances, goûts, propriétés, si bien dosés et utilisés, peuvent rendre la nourriture plus digeste et assimilable par l’organisme en éliminant les déchets de la combustion métabolique (ama) et en favorisant la vitalité, le bonheur, la santé (ojas).

Ainsi, certaines plantes réchauffent l’organisme, ce qui augmente Pitta et accélère la digestion, alors que d’autres plantes rafraîchissantes calment Pitta mais renforcent Vata et Kapha. Il faut comprendre par là que, si les saveurs des aliments jouent un rôle important dans le fonctionnement de notre métabolisme, elles ont également une influence sur notre esprit.

En effet, certaines saveurs stimulent les nerfs, réveillent l’esprit et les sens et nous emplissent de vitalité. Tandis que d’autres auront tendance à nous rendre léthargique, lourd, morose, voir déprimé.

Tout est question de prendre connaissance des saveurs qui nous font du bien, qui nous correspondent le mieux, et d’en user avec bon sens et modération.

Comment les goûts influencent les doshas

Sucré / doux

Le goût sucré se compose d’eau et de feu et correspond surtout aux qualités kapha. Le sucré est lourd et froid. Le doux est très nutritif – le plus nutritif de tous les goûts, d’ailleurs. Le sucré nourrit notre plasma sanguin et nos tissus, et nous permet d’entrer en contact avec notre corps, de nous poser et de profiter plus simplement de la vie. Le doux favorise la fertilité, mais trop de douceur ramollit le corps.

Parmi les exemples de nourritures douces, nous trouvons les céréales, les bananes, le miel et les potirons.

Acide

L’acide se compose d’eau et de feu. Ce goût doit être bien dosé. Si vous n’utilisez pas le goût acide à bon escient, vous générez rapidement des conflits. En effet, un excès d’acidité agresse et provoque des inflammations corporelles. Le goût acide rend les gens plus vifs d’esprit et favorise la clarté de leurs pensées et émotions. Il irrite et stimule aussi le système digestif. Trop d’acidité peut provoquer des maladies du sang et affaiblir la fertilité.
En guise d’exemple de nourriture acide, citons le citron, le tamarin et les produits fermentés comme la choucroute.

Salé

Le salé se compose de terre et de feu. On le retrouve uniquement dans les minéraux, pas dans les plantes. Le salé apporte fermeté et structure aux gens et favorise la stabilité. Le sel est un exhausteur de goût – avec une pincée de sel tout semble meilleur – et stimule la digestion. Cependant, trop de sel empoisonne le sang et provoque des maladies cutanées.
En guise d’exemple de nourriture salée, citons le sel de l’Himalaya et les algues.

Piquant

Le goût piquant se compose de feu et d’air. Le piquant favorise notre digestion, encourage l’absorption de nourriture et nous permet de brûler nos toxines. Une alimentation piquante renforce notre vivacité d’esprit, la précision des pensées et la possibilité de concevoir plus simplement des choses compliquées. Cependant, une alimentation trop piquante nous rend acerbe et favorise les saignements et les inflammations.
En guise d’exemple d’aliments piquants, citons le poivre et le gingembre.

Amer

L’amer se compose d’air et d’éther. L’amer est un goût asséchant. C’est pourquoi l’utilisation d’aliments amers a un effet vivifiant et est particulièrement recommandée pour les personnes ayant trop de kapha. Par ailleurs, une alimentation plus amère exerce également un effet fortement purifiant, car par ces propriétés froides, elle constitue un bon moyen d’éliminer les toxines chaudes du corps. Une alimentation plus amère favorise également la purification de l’esprit, dégrise et libère l’homme de ses passions et pulsions érotiques. Un excédent d’amertume rend aussi les gens amers.
En guise d’exemples d’aliments amers, citons le pamplemousse et le thé vert.

Astringent

L’astringent se compose d’air et de terre. Ce goût a la particularité d’exercer un effet asséchant et contractant. C’est en quoi il exerce un effet très favorable sur les personnes qui souffrent d’une augmentation de kapha, laquelle peut s’exprimer par une certaine mollesse et morosité. Les aliments astringents sont parfaits pour tempérer ce type de maux. Tout comme l’amer, l’alimentation astringente exerce un effet dépuratif et fortifiant sur l’esprit. Cette propriété astringente est justement souvent utilisée en cas de blessure. L’astringent rassemble, il aide à se recentrer. Cependant, une alimentation trop astringente peut rendre une personne nihiliste.

En guise d’exemple d’aliments astringents, citons le kaki, la noix, la courgette et les lentilles.

Les propriétés des rasas

Il faut aussi savoir que les saveurs ont également des propriétés dites chauffantes, fraîches, lourdes, légères, humides ou sèches. Aussi :

  • la saveur la plus chauffante est le piquant, suivi de l’acide
  • la saveur la plus fraîche est l’amer, suivi de l’astringente
  • la saveur la plus lourde est le sucré, suivi du salé
  • la saveur la plus légère est l’amer, suivi du piquant
  • la saveur la plus humide est le sucré, suivi du salé
  • la saveur la plus sèche est le piquant, puis l’amer
    Equilibrez vous

Ce qu’il faut retenir ici c’est que selon votre constitution (dosha) prédominant, votre alimentation doit etre adaptée en conséquence.

La médecine Siddha et les huit pouvoirs surnaturels des Sages indiens
Le Thirukkural, ce que nous enseigne la sagesse indienne tamoule sur l’alimentation