La médecine Siddha et les huit pouvoirs surnaturels des Sages indiens

La Siddha Medecine, également appelée Tamil Citta ou encore Tamil Maruttuvam est le système traditionnel de médecine du Tamil Nadu, Etat du Sud de l’Inde. La médecine Siddha est reconnue par le gouvernement indien comme médecine traditionnelle au même titre que l’Ayurveda. Ces deux médecines ont de nombreux points communs mais également quelques différences, comme par exmple l’existence de 7 éléments dans la médecine Siddha.

La Siddha Medecine, également appelée Tamil Citta ou encore Tamil Maruttuvam est le système traditionnel de médecine du Tamil Nadu, Etat du Sud de l’Inde. La médecine Siddha est reconnue par le gouvernement indien comme médecine traditionnelle au même titre que l’Ayurveda. Ces deux médecines ont de nombreux points communs mais également quelques différences, comme par exmple l’existence de 7 éléments dans la médecine Siddha.

La médecine Siddha, sur les traces de la Lémurie

La médecine Siddha est à l’origine, écrite en langue tamoule, et est issue de la culture dravidienne, population qui serait arrivée en Inde vers 9 500 avant Jésus-Christ. Des preuves archéologiques et textuelles rapportent que la civilisation dravidienne s’est installée en Inde à la suite de la submersion de leur territoire, le Kumarikandam, situé sur le continent Lémurien dans l’Océan Indien, lui-même engloutit. La Siddha Medecine serait un héritage transmis par la population dravidienne, autrefois habitante de la Lémurie.

La médecine descendue des Dieux

Les manuscrits anciens rapportent que la médecine Siddha a d’abord été transmise par le Seigneur Shiva à son épouse Parvati. Puis Parvati enseigna les prescriptions à son fils le Seigneur Muruga qui le transmit lui-même à son plus sage disciple Agasthya. Enfin, la médecine Siddha fut proposée aux êtres humains par l’intermédiaire de 18 Siddhars.

Cette médecine descendue des Dieux par Agasthya, encore aujourd’hui considéré comme le père de la Siddha Medecine, a pour fondement principal qu’une âme ne peut se développer de manière saine que dans un corps physique sain. Agasthya était considéré comme le premier Siddhar, un des sept Sages mentionnés dans les textes Védiques. Fils du Dieu Brahma, ce sage aurait vécu au 7ème siècle avant J-C et aurait écrit quelques 96 livres à propos de l’alchimie, de la médecine et de la spiritualité.

Les huit pouvoirs supranaturels des Siddhars

Ainsi, les Siddhars étaient des disciples spirituels de cette médecine et y consacrèrent leur vie afin de développer des systèmes de médication et des prescriptions compréhensibles par l’ensemble des êtres humains. Les Siddhars possédaient les Ashta Siddhis, autrement dit, les huit pouvoirs supranaturels tels que la capacité de contrôler l’espace et le temps, de transformer leurs corps, de modifier la matière et ainsi accéder à l’immortalité. Les pouvoirs particuliers de ces Sages leurs permettaient de comprendre le monde dans son entièreté et son unité, et découvrir ainsi les ressources disponibles pour soigner le genre humain.

Les Siddhars auraient été dotés des huit pouvoirs suivant

  1. Anima : le pouvoir de devenir aussi minuscule qu’un atome dans l’atome
  2. Mahima : le pouvoir de devenir immense dans des proportions incommensurables
  3. Laghima : le pouvoir de devenir aussi léger que la vapeur en lévitation
  4. Garima : le pouvoir de devenir aussi lourd que la montagne
  5. Prapti : le pouvoir de pénétrer dans les autres corps par transmigration
  6. Prakamya : le pouvoir d’être en toutes choses de manière omniprésente
  7. Isatvam : le pouvoir d’être le Seigneur de toute Création, d’une manière omnipotente
  8. Vasitvam : le pouvoir d’être partout et omniprésent

Selon l’Histoire de cette médecine traditionnelle, c’est grâce à l’ensemble de ces pouvoirs supranaturels que les Sages tamouls ont pu manifester la Siddha Medecine, à travers la compréhension holistique du monde. Il émanait de ces pouvoirs, la capacité de comprendre les subtilités et propriétés des éléments de la Nature, comme les plantes, les métaux ou encore les minéraux. La vocation des recherches et investigations des Sages était de trouver les moyens de maintenir ou restaurer l’équilibre du continuum corps-esprit dont il est dit que les déséquilibres entrainent la maladie. Ainsi, les Siddhars mirent au point trois types de traitements, Deva Maruthuvam que l’on peut traduire par la méthode divine, Maanida Marhthuvam qui se veut être la méthode rationnelle et enfin Asura Maruthuvam, la méthode chirurgicale.

La médecine Siddha aujourd’hui

La littérature contemporaine nous informe que seule la pratique populaire de la médecine Siddha est aujourd’hui majoritairement répandue au sein de la communauté tamoule. Une médecine sophistiquée serait encore exercée par des érudits, nécessitant une fine connaissance de la pharmacopée et des méthodes subtiles de préparation des remèdes. Enfin, une dernière pratique est décrite dans la littérature comme la médecine miraculeuse Siddha et ne serait que très rarement pratiquée bien que son essence serait encore transmise entre érudits. L’apprentissage de la médecine miraculeuse se fait en vertu de la tradition Guru-Sishya (Maitre-Disciple) et nécessite d’établir un lien profond entre le Maitre et le Disciple. Aussi, seul un cercle très fermé de Maitres est encore capable de transmettre cette médecine miraculeuse.

Au Tamil Nadu, il reste aisé d’aller à la rencontre de praticien de la branche populaire (et non moins efficace) de cette médecine, particulièrement dans le milieu rural où les remèdes sont transmis sur plusieurs générations de guérisseurs. Par ailleurs, cette médecine est également étudiée sous un angle plus scientifique afin d’en étendre les vertus. Une vaste étude est aujourd’hui menée à Chennai pour le traitement du diabète. La pharmacopée Siddha apporterait des solutions très efficaces pour réduire cette maladie et de plus en plus d’Indiens ont recours à cette médecine.

Le Thirukkural, ce que nous enseigne la sagesse indienne tamoule sur l’alimentation
« Mawlynnong, le village le plus propre d’Asie », une approche altruiste du « vivre-ensemble »